Micro hydroélectricité

Écrit par les experts Ooreka

La production d'une énergie renouvelable et non polluante est possible grâce à l'hydroélectricité. Une fois le projet hydroélectrique mis en place (choix du site effectué et dossier de réalisation monté), il faudra calculer sa rentabilité avant l'achat de la centrale.

Étude de la rentabilité de la micro hydroélectricité

Si l'étude est bien menée et le projet réalisé dans les normes, la rentabilité sera confortable sur le long terme.

Certaines données seront indispensables pour réaliser des bénéfices élevés :

  • la topographie du site :
    • hauteur de chute ;
    • obstacles et dénivellation naturels, etc. ;
  • le mode d'exploitation de la centrale hydroélectrique :
    • production d'énergie en régime isolé ;
    • ou production évacuée et vendue sur le réseau ;
  • le prix d'achat du kW :
    • condition d'achat été et hiver ;
    • durée du contrat ;
    • régularité de la production, etc.

Données hydrologiques : vérifier la rentabilité du projet

Des données hydrologiques sont collectées en tout début du projet pour monter le dossier d'autorisation. Elles sont déterminantes pour vérifier la rentabilité de la centrale.

Des organismes peuvent vous aider à récolter ces données :

  • la DDAF (Direction départementale de l'agriculture et de la forêt) ;
  • la DIREN (Direction régionale de l'environnement).

Raccordement de la centrale : à la charge du producteur

La demande de raccordement au réseau électrique est indispensable pour :

  • toute nouvelle installation ;
  • toute installation remplaçant une installation déjà existante ;
  • toute augmentation de puissance de plus de 10 %.

La demande de raccordement se fait auprès du réseau :

  • RTE EDF Transport ;
  • EDF Réseau de distribution ;
  • autre entreprise locale de distribution.

Ce raccordement se fera en fonction du domaine de tension de référence et sera à la charge du producteur.

Rentabilité micro hydroélectricité : la vente de l'électricité

La rentabilité de la centrale hydroélectrique se calcule sur 4 500 à 6 000 heures par an en moyenne de fonctionnement.

Pour rappel, le kWh dépend de :

  • la puissance de l'installation ;
  • la régularité de la production.

Un contrat pour la vente d'électricité allant jusqu'à 20 ans

Depuis fin 2012, la plupart des contrats 97-07 qui établissaient l'obligation d'achat de l'électricité par EDF se sont interrompus.

Mais il est encore possible d'obtenir un contrat d'obligation d'achat avec ERDF :

  • ce contrat est appelé OA H07 ;
  • il peut aller jusqu'à 20 ans, à condition de rénover la centrale à hauteur de 1100 €/kW.

L'indexation du tarif de départ prend en compte la date de demande complète du contrat d'achat : cette date est déterminante.

L'article L314-1 du Code de l'énergie prévoit que EDF est tenue d'acheter l'électricité produite par certaines installations dont l'État souhaite encourager le développement. La liste des installations éligibles à l'obligation d'achat est fixée par le décret n° 2016-691 du 28 mai 2016.

De plus, l'article L314-6-1 du Code de l'énergie prévoit la possibilité de céder le contrat d'achat à des organismes agréés, selon des modalités prévues par le décret n° 2016-690 du 28 mai 2016.

Le contrat Loi NOME : renouvellement pour 15 ans

Le contrat Loi NOME (Nouvelle Organisation du marché de l'électricité) permet de renouveler le contrat 97 pour 15 ans, à condition d'investissements. Ce contrat envisage d'établir le volume maximal et le prix de cession.

Ils seraient fixés tous les ans par les ministres en charge de l'économie et de l'énergie, après avis de la Commission de Régulation de l'Énergie.

Coûts directs d'exploitation : environ 20 % des recettes

Les coûts directs d'exploitation sont à calculer et à déduire des recettes brutes. Ces frais divers représentent environ 20 % des recettes brutes. Ils comprennent :

  • les frais d'entretien ;
  • les frais éventuels de personnel et de gardiennage ;
  • l'électricité ;
  • les assurances obligatoires :
    • responsabilité civile ;
    • incendie et dégâts des eaux, etc. ;
  • la taxe professionnelle ;
  • les taxes de droit de passage des ouvrages de la centrale ;
  • la redevance, etc.

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
DH
denis huchard

installateur conseil - solution solaire et ecomome | sadeja solaire

Expert

pA
pierre aglt (64)

retraité electricien

Expert

LS
laurent selmo

artisan

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !